Kassaman binnazilat ilmahiqat..." le plus noir des crimes est celui qui consiste à obscurcir la conscience politique et d’égarer tout un peuple" d'Emile ZOLA

Kassaman binnazilat ilmahiqat..." le plus noir des crimes est celui qui consiste à obscurcir la conscience politique et d’égarer tout un peuple" d'Emile ZOLA

Le nom de ce blog est sans doute évocateur de notre "nachid el watani" tant décrié par le passé parce que, associé au pouvoir Algérien illégitime. Après des décennies de disettes. Je voudrais faire de cet espace, un coin où tous mes compatriotes et autres amoureux de libertés, de démocratie, ou tout simplement d'histoire pourraient s'exprimer librement. En ce sens, nous vous souhaitons la bienvenue. En hommage à Nacer Hachiche, repose en paix et à bientôt ! Pour garder le contact avec notre chère patrie : http://www.alger-presse.com/index.php/presse-fr


Offres de gestion de la transition (source : libertédz)

Publié par The Algerian Speaker sur 29 Mars 2011, 07:04am

Catégories : #Les chroniques de Mustapha Hammouche

L’ANC, la CNCD, le groupe Sant’ Egidio et… Bouteflika ont, tour à tour, fait des propositions sur la manière de changer de régime.
Mais à qui s’adressent ces différentes offres ? Car, enfin il n’est pas question, que l’on sache, de consultation populaire sur différentes options programmatiques ? Cela était possible en 2007, avec les élections législatives. Dans ce cas, chacun aurait donc pu se faire une idée sur la manière de gérer le passage de l’état de despotisme vers une ère de démocratie, puisque tel semble être le mouvement qui, dans les pays du monde dit arabe, est en train d’emporter, un à un, leurs dictateurs.
Mais comme dans notre système, c’est la majorité parlementaire qui adopte le programme du président, cela n’était possible qu’en 2009, avec l’élection présidentielle. Mais puisque c’est la fraude électorale qui décide du programme victorieux, cela n’était possible ni en 2007, ni en 2009, ni avant, ni après.
La classe politique traditionnelle fait une espèce de pari sur la généralisation du mouvement pour le changement dans l’ensemble de l’espace sud-méditerranéen. Fidèle à la conception putschiste de la politique, héritée du mouvement national, chaque mouvance scrute l’imminence de la révolution populaire dans l’intention de la chevaucher : du point de vue de la pratique politique classique, le virtuel chambardement n’est plus un espoir, mais un enjeu.
Mais voilà, s’il n’y a pas de raison de croire que l’Algérie échappera à une secousse régionale, il reste hasardeux de vouloir anticiper sur le moment où se lèvera le vent du changement et la forme que prendra le processus de mutation.
Et s’il aboutira. Parce que jusqu’ici, malgré la vigilance des mouvements insurrectionnels, malgré l’évacuation physique des dictateurs et de leurs ramifications claniques et institutionnelles, en Tunisie et en égypte, la révolution démocratique est encore loin d’être parvenue à son terme. Bien des pièges lui seront tendus au cours du processus de réforme. Ne parlons pas des régimes où les despotes résistent par les armes et peuvent aller jusqu’à faire la guerre à leur peuple pour conserver l’empire qu’ils exercent sur leurs pays respectifs.
La classe politique historique, au sens large, hypothèque aujourd’hui l’évolution politique du pays : elle est constitutive du système. Parce que, erreur historique, elle n’a posé son abolition comme préalable à sa légalisation, parce que, erreur stratégique, elle a accepté qu’un système dictatorial parraine, depuis 1989, un “changement démocratique”, elle doit en partager le destin.
La perception populaire est globalisante : l’existence institutionnelle d’une entité politique la place dans le système. Le pouvoir lui-même le sait : il ne fait cas des forces non organisées !
D’avoir accompagné le multipartisme de l’arbitraire, de la fraude, de la rente et de la répression disqualifie ce personnel tradition, devenu prolifique en proposition, de prétendre à la gestion de la transition.
La meilleure façon d’encourager le changement est peut-être de s’effacer.

M. H.
musthammouche@yahoo.fr      

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents